La Journée Internationale de la Démocratie

Publié par : Amara Nabé •  article mise à jour : 22 septembre 2017
La Journée Internationale de la Démocratie

C’est dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale de la Démocratie que le Commissariat Général de Conakry Capitale Mondiale du Livre a simultanément organisé les dédicaces de deux livres, au Centre Culturel Franco-guinéen “Sory Kandia Kouyaté”, le samedi le 16 septembre 2017 de 11 heures à 13 heures. Le deux ouvrages intitulés : “Les partis politiques de l’opposition en Afrique : la quête du pouvoir’’ de Dr Issaka K. Souaré, spécialiste des questions de gouvernance, de paix et de sécurité en Afrique, qui travaille actuellement comme Conseiller/ Expert Senior en Médiation, Équipe d’Attente de l’ONU ; et “Guinée : Face aux défis de la démocratie’’ de Dr Mamadi KABA, Président de l’Institution Nationale des Droits de l’Homme de Guinée.

Les partis politiques de l’opposition en Afrique : la quête du pouvoir de Dr Issaka K. SOUARÉ

Il démontre que c’est possible pour des partis politiques de l’opposition de gagner des élections contre des partis au pouvoir en Afrique ; contrairement c’est que l’Ancien Président Congolais Pascal Lissouba a dit : “on n’organise pas les élections en Afrique pour les perdre.”
Cependant, il montre qu’il y ait toujours des grands défis pour des partis politiques de l’opposition de gagner des élections. La stratégie la plus appropriée est la formation des cadres des partis, notamment en science informatique. Un exemple de cette sorte de stratégie est le récent cas de l’annulation des élections générales au Kenya, où l’opposition a prouvé, avec évidence, des irrégularités à la Cour Suprême. En outre, un autre exemple est la destitution de deux gouverneurs Nigérians à la faveur de l’opposition, qui a éventuellement mené à la victoire de la coalition de l’opposition, en tête comme Muhammad Buhari, contre le Président Sortant Good Luck Jonathan en 2016.
Depuis 1990, selon l’auteur, il y a eu trente-deux cas de victoire des partis politiques de l’opposition contre les partis au pouvoir sur le continent ; qui excluent les cas du Benin où les candidats indépendants ont emporté les scrutins contre les présidents sortants, c’est qui indique que l’ouvrage est sur les partis politiques de l’opposition en Afrique à la quête du pouvoir, mais pas les opposants indépendants en Afrique à la quête du pouvoir. L’ouvrage exclut les régimes de transition, comme le cas Guinéen de 2010, où le Président de la Transition n’était pas candidat.
Le phénomène de l’alternance politique est plus facile dans des systèmes de dualistes, mais ça ne dit pas tout, comme au Ghana, Kenya et en Sierra Leone, où deux parties politiques principales dominent absolument – qui peuvent récolter les quatre-vingt-dix pour cent des scrutins entre eux. Les victoires de partis politiques de l’opposition en Afrique montrent la nature des êtres humains – vouloir à se changer pour des meilleures conditions.
En bref, le livre étudie l’histoire des partis politiques en Afrique de l’époque coloniale à nos jours. L’auteur argue que d’avoir des fichiers d’état civils comme bases de données pour des fichiers électoraux sont plus moins couteux et crédibles que les recensements à chaque élection. Les systèmes informatiques peuvent configurer tous citoyens qui ont l’âge de vote à chaque élection et en même temps omettent les cas de décès. Cela est possible avec des mises à jour continuelles. Ses arguments dévoilent aussi que c’est avec des alliances que des partis politiques de l’opposition en Afrique peuvent facilement accéder aux pouvoirs dans des pays multiethniques, mais pas en basant sur l’ethnicité seule. Il termine avec une citation de Winston Churchill, “la démocratie est la meilleure des mauvais systèmes”. Ce qui veut dire que la démocratie n’est pas parfaite.

Guinée : Face aux défis de la démocratie de Mr Mamadi KABA

L’auteur a commencé par une explication du but de la démocratie étant un processus pour tenir des élections périodiques transparentes et crédibles afin de faciliter l’alternance politique dans un pays, pour préserver la quiétude, le droit d’état, la paix et le développement durable. La démocratie permette la gouvernance selon la volonté du peuple pour le peuple en respectant toutes les couches confondues de la nation guinéenne, minoritaires et majoritaires, sans violence ni injustices.
Les partis politiques, la société civile et l’État doivent se mettre ensemble pour le bonheur de la nation guinéenne. La Guinée a besoin des institutions républicaines fortes et indépendantes pour préserver la quiétude, le droit d’état, la paix et le développement durable, comme le cas récent de la Cour Suprême de Kenya qui a annulé les élections générales, suite à une plainte de l’opposition, pour éviter le chaos au pays. Les Guinéens doivent travailler dans ce sens pour éviter écoulement du sang et l’instabilité.

Le livre est fait pour participer au développement de la démocratie et le droit de l’homme en Guinée, le pouvoir du peuple. Le pouvoir du peuple ne sert que le peuple (les gouvernés) mais pas les gouvernants. Le présentateur termine avec une citation d’Abraham Lincoln, “ le gouvernement de peuple par le peuple pour le peuple”, qui indique que la Guinée a besoin d’une réforme profonde pour avancer et ne pas tomber dans ses passées douloureuses.

Amara NABÉ, Mr
amaranabey@gmail.com
Guinée Culture